X

Gisèle CASADESUS (1914)

Gisèle Casadesus

icone

Gisèle Casadesus (née à Paris, France) entre à la Comédie-Française en 1934 et en devient sociétaire le 1er janvier 1939.
 Elle ne quitte cette auguste maison qu'en 1962 mais, cinq ans plus tard, on lui octroie le titre de sociétaire honoraire, ce qui lui permet, par la suite, de revenir s'y produire à quelques reprises.
 Au cours d'une riche et longue carrière placée sous le signe du théâtre, elle ne se limite pas à la Comédie-Française et, sans compter les tournées en province et à l'étranger, foule les scènes de bien d'autres salles parisiennes.

Pour avoir une idée de l'étendue de son talent, il suffit de citer, parmi les auteurs qu'elle interprète, Corneille, Racine, Molière, Beaumarchais, Marivaux, Alfred de Musset, Georges Courteline, Georges Feydeau, Luigi Pirandello, Jean Anouilh, Jean Giraudoux, François Mauriac, Eugene Ionesco, André Roussin, Agatha Christie, Samuel Beckett et Marguerite Duras. La liste n'est bien sûr pas exhaustive.

Elle est nominée au Molière du meilleur second rôle en 1993 pour «Le jugement dernier» de Bernard-Henry Lévy et en 1994 pour «Le retour en Tourraine» de Françoise Dorin, et se voit finalement décerner un Molière d'honneur en 2003.

Elle débute à l'écran en partageant la vedette féminine avec Blanche Montel de «L'aventurier» (1934) et apparaît ensuite dans le documentaire «Un soir à la Comédie-Française», qui sort en mars 1935.

Dans les années 40, elle est plus active au Septième Art.
 On la voit alors dans les films en costumes «Vautrin» (1943), qui lui donne l'occasion de jouer avec Michel Simon, «Paméla» (1944), «Les aventures de Casanova» (1946) et «Du Guesclin» (1948).
 Elle est aussi la partenaire de Raimu dans «L'homme au chapeau rond» (1946) et de Louis Jouvet dans «Entre onze heures et minuit» (1948).
 Elle figure enfin au générique de «Graine au vent» (1943), «Coup de tête» (1944) et «Route sans issue» (1947).

Il faut ensuite attendre les années 70 pour la revoir au cinéma, d'abord de façon discontinue. Dès la seconde moitié des années 90, elle tourne plus régulièrement et, parmi ses films de cette période, on peut relever, entre autres, «Hommes, femmes, mode d'emploi» (1996), «Les enfants du marais» (1998), «Aïe» (2000), «C'est le bouquet !» (2002), «Palais Royal !» (2005), «Le grand appartement» (2006), «Le hérisson» (2009), «La tête en friche» (2010), «Sous le figuier» (2012), «Week-ends» (2014),…

A partir des années 60, Gisèle Casadesus travaille également pour la télévision.
 A son actif figurent notamment sept pièces pour  l'émission «Au théâtre ce soir» ou encore des participations à des séries populaires comme «Maigret», «Docteur Sylvestre», «Une femme d'honneur», etc.

Marlène Pilaete