X

Ruth CHATTERTON (1892 ? 1893 ? / 1961)

Ruth Chatterton

icone

Ruth Chatterton (née à New York, Etats-Unis) débute sur scène à l'adolescence et se fait remarquer pour la première fois dans «The Rainbow» qu'elle joue en 1912.
 Elle devient bientôt une des vedettes en vue de Broadway grâce à «Daddy Long Legs» (1914-1915), «Come Out of the Kitchen» (1916-1917), «Moonlight and Honeysuckle» (1919) ou encore «Mary Rose» (1920-1921).

En 1925, elle connaît de lourds échecs avec les pièces «The Little Minister» et «The Man With a Lot of Mischief» qui s'arrêtent chacune après seulement seize représentations.
 Elle part alors en Californie avec son premier mari, l'acteur Ralph Forbes, qui doit commencer le tournage du film «Beau Geste».
 Pendant que son époux enchaîne les films, elle se produit sur les planches à Los Angeles dans «The Green Hat» en 1926 et «The Devil's Plum Tree» en 1927.

C'est à Emil Jannings qu'elle doit de débuter à l'écran, dans un rôle de premier plan, lorsqu'il la choisit pour être sa partenaire dans «Sins of the Fathers» (1928).
 L'avènement du parlant est favorable à sa carrière car le monde du cinéma engage alors à tour de bras des artistes de théâtre, censés posséder une voix et une diction parfaites.
 C'est ainsi que le public des salles obscures l'entend pour la première fois dans «The Doctor's Secret» (1929).

Devenue une des principales stars féminines de la Paramount, elle est l'interprète de, entre autres, «Charming Sinners» (1929), «The Laughing Lady» (1929), «Sarah and Son» (1930), «Anybody's Woman» (1930), «The Magnificent Lie» (1931), «Once a Lady» (1931),…
 Elle est en outre prêtée à la M.G.M. pour «Madame X» (1929), qui lui vaut la première de ses deux nominations à l'Oscar de la meilleure actrice, et «The Lady of Scandal» (1930).

Celle qu'on considère comme la "première dame de l'écran" signe ensuite avec la Warner où elle est l'étoile de «The Rich Are Always with Us» (1932), «The Crash» (1932), «Frisco Jenny» (1933), «Lilly Turner» (1933), «Female» (1933) et «Journal of a Crime» (1934).

En 1934, la firme, déçue par la cote commerciale en baisse de la comédienne, ne renouvelle pas son contrat.
 Pour Ruth Chatterton, qui passe à l'époque le cap des quarante ans, le temps où elle était une des reines de Hollywood s'achève.
 En 1935, elle se consacre principalement à l'aviation et obtient sa licence de pilote.

Elle revient au Septième Art, sans succès notable, avec «Lady of Secrets» (1936) à la Columbia et «Girl's Domitory» (1936) à la 20th Century Fox.
 Elle a par contre plus de chance avec «Dodsworth» (1936), réalisé par William Wyler, dans lequel elle brille particulièrement en épouse snob, frivole, égoïste et obsédée par son âge.

Sa filmographie s'achève avec deux productions anglaises, «The Rat» (1937) et «A Royal Divorce» (1938).
 Par après, elle se produit encore au théâtre et travaille de temps à autre pour la télévision.
 On lui doit aussi quatre romans dans les années 50.

Marlène Pilaete