X

Edith STOREY (1892 / 1967)

Edith Storey

icone

Edith Storey (née à New York, Etats-Unis) commence sa carrière de comédienne au théâtre et fait notamment partie de la distribution de la pièce «Mrs Wiggs of the Cabbage Patch», représentée à Broadway durant la saison 1904-1905.
 Elle débute à l'écran en 1908 à la Vitagraph, où elle incarne par exemple le héros de Dickens dans la première adaptation cinématographique du célèbre roman «Oliver Twist» en 1909.

Elle est ensuite la principale vedette féminine de la branche américaine de la compagnie de Georges Méliès, dirigée par le frère de celui-ci, Gaston Méliès.
 En 1910 et 1911, elle brille alors particulièrement dans des westerns réalisés au Texas, dans lesquels, montant parfaitement à cheval, elle se montre tout à fait à l'aise.
 On la voit ainsi dans, entre autres, «The Paleface Princess» (1910), «The Padre's Secret» (1910), «White Doe's Lovers» (1910), «The Romance of Circle Ranch» (1910), «In the Tall Grass Country» (1910), «How Mary Met the Cowpunchers» (1911), «My Prairie Flower» (1911), «The Schoolmarm of Coyote Country» (1911), «An Unwilling Cowboy» (1911), «The Immortal Alamo» (1911), «Bessie's Ride» (1911),…

Elle retourne ensuite à la Vitagraph, dont elle reste une des stars jusqu'en 1917 avec des films comme «Billy the Kid» (1911), dans lequel elle interprète le célèbre bandit, «How Betty Won the School» (1911), «Her Cowboy Lover» (1911), «The Telephone Girl» (1912), «On Her Wedding Day» (1912), «The French Spy» (1912), «The Heart of Esmeralda» (1912), «Hearts of the First Empire» (1913), «Captain Mary Brown» (1913), «Peggy's Burglar» (1913), «The Leading Lady» (1913), «The Christian» (1914), «A Florida Enchantment» (1914), «In the Latin Quarter» (1915), «The Island of Regeneration» (1915), «The Dust of Egypt» (1915), «Susie, the Sleuth» (1916), «The Shop Girl» (1916), «The Tarentula» (1916), «Money Magic» (1917), «Aladdin of Broadway» (1917), etc.

Elle tient ensuite le rôle principal de plusieurs productions de la Metro, parmi lesquelles on peut citer «The Eyes of Mystery» (1918), «Revenge» (1918), «The Silent Woman» (1918) ou encore «As the Sun Went Down» (1919).

Après s'être éloignée du monde du Septième Art afin de travailler quelque temps comme ambulancière et infirmière pour la «National League for Women's Service», elle termine sa carrière cinématographique en tête d'affiche de «Moon Madness» (1920), «Beach of Dreams» (1921) et «The Greater Profit» (1921), tous distribués par la firme Robertson-Cole.

Marlène Pilaete