X

Rose STRADNER (1913 / 1958)

Rose Stradner

icone

Venue du théâtre, Rose Stradner (née à Vienne) débute à l'écran en 1933 et prend rapidement place parmi les jeunes vedettes du cinéma allemand de l'époque avec des films comme, entre autres, «Hochzeit am Wolfgangsee» (1933), «Der Mann mit der Pranke» (1935) ou encore «Diener lassen bitten» (1936).

Elle est en outre l'interprète de la co-production austro-suisse «Der König lächelt – Paris lacht/Der Postillon von Lonjumeau» (1935).
Elle incarne aussi l'impératrice Marie-Louise d'Autriche dans «Hundert Tage» (1935) et conserve son rôle dans «Campo di maggio», la version italienne de cette production.

Parallèlement à sa carrière cinématographique, elle continue à se produire sur scène, passant par exemple de l'opérette «Sissy» de Fritz Kreisler à «Fräulein Else» d'Arthur Schnitzler.

Engagée par Louis B. Mayer, elle part aux Etats-Unis, où elle joue le personnage féminin principal de «The Last Gangster», aux côtés d'Edward G. Robinson et James Stewart.
 Elle apparaît ensuite dans un second rôle de «Blind Alley» en 1939. La même année, elle épouse Joseph L. Mankiewicz, à qui elle donnera deux fils, en 1940 et 1942.

Par la suite, elle ne revient plus qu'une seule fois au Septième Art, en se glissant dans les habits d'une religieuse hautaine finissant par apprécier le peu conventionnel Père Chisholm dans «The Keys of the Kingdom» (1944), produit par son mari.

Malheureusement, Rose Stradner ne parvient pas à trouver le bonheur et l'épanouissement. Elle abuse de l'alcool et est affectée de sérieux problèmes psychologiques, qu'elle n'arrivera jamais à surmonter.
 Elle finit par se suicider en 1958.

Marlène Pilaete