X

Beata TYSZKIEWICZ (1938)

Beata Tyszkiewicz

icone

Issue d'une famille aristocratique, Beata Tyszkiewicz (née à Wilanow, Pologne) débute à l'écran en jouant un des personnages principaux de «Zemsta» (1956), adaptation d'une pièce célèbre d'Aleksander Fredro.
 Elle s'inscrit ensuite à l'Académie d'Art Dramatique, qu'elle quitte bientôt pour travailler pour la télévision.

Dès le début des années 60, elle devient une des principales stars féminines du cinéma polonais.
 Parmi ses nombreux films, on peut citer, notamment, «Dzis w nocy umrze miasto» (1961), «Naprawde wczoraj» (1963), «Pierwszy dzien wolnosci» (1964), «Rekopis znaleziony w Saragossie» (1965), «Marysia i Napoleon» (1966), «Lalka» (1968), «Noce i dnie» (1975), «Tanczacy jastrzab» (1978), «W orbronie wlasnej» (1982), «Seksmisja» (1984), «Vabank II czyli riposta» (1985), «Komediantka» (1987), «Kingsajz» (1988), «Smierc dziecioroba» (1990), «Dwa ksiezyce» (1993), «Niemcy» (1996), «Dzien wielkiej ryby» (1997), «Krugerandy» (1999), «Zakochani» (2000), «Rys» (2007), «Nie klam, kochanie» (2008), «Listy do M.»  (2011),…

Elle est en outre dirigée à trois reprises par Andrzej Wajda, dont elle est l'épouse durant quelques temps, dans «Samson» (1961), «Popioly» (1965) et «Wszystko na sprzedaz» (1969).

Elle travaille aussi dans plusieurs pays du bloc communiste : l'U.R.S.S. pour «Dvoryanskoe gnezdo» (1969), l'Allemagne de l'Est pour «Die Wahlverwandtschaften» (1974) et «Don Juan, Karl-Liebknecht-Strasse 78» (1980), la Tchécoslovaquie pour «Usmov diabla» (1987) et la Hongrie pour «Egy örült ejszaka» (1970), «Szép magyar komédia» (1970), «Az idö ablakai» (1973), «Utközben» (1979) et «Megfelelö ember kényes feladatra» (1985).

Le réalisateur belge André Delvaux fait également appel à elle pour «L'homme au crâne rasé/De man die zijn haar kort liet knippen» (1966) et elle tient des seconds rôles dans quelques productions françaises comme «Edith et Marcel» (1983) ou encore «Deux» (1989).

L'activité télévisuelle de Beata Tyszkiewicz mérite bien sûr d'être mentionnée car elle figure dans bon nombre de téléfilms et de feuilletons.
 Citons par exemple, en 1973, la série franco-polonaise «Un grand amour de Balzac/Wielka milosc Balzaka», dans laquelle elle incarne la comtesse Hanska.

Relevons enfin sa participation en tant que juré à «Taniec z gwiazdami», la version polonaise de l'émission «Danse avec les stars».

Marlène Pilaete