X

Betty GRABLE alias Frances DEAN (1916 / 1973)

icone

Betty Grable (née à St. Louis, Etats-Unis) débute à l'écran comme chorus-girl à la Fox en 1929 et est ensuite engagée en 1930 par Samuel Goldwyn, pour qui elle tourne notamment «Whoopee !» (1930) et «Palmy Days» (1931), lui permettant ainsi de travailler ses chorégraphies sous la direction de Busby Berkeley, une expérience bienvenue pour une aussi jeune artiste.
 En 1931 et 1932, elle apparaît aussi, principalement pour le compte de la firme Educational, dans plusieurs courts-métrages, comme, par exemple, «Once a Hero» (1931) ou «Hollywood Lights» (1932), sous le pseudonyme de Frances Dean.

Goldwyn la laisse partir après «The Kid from Spain» (1932) et, après avoir travaillé en indépendante pour plusieurs studios, le numéro musical «Let's K-nock K-nees», qu'elle interprète avec Edward Everett Horton dans «The Gay Divorcee» (1934), lui vaut un contrat avec la R.K.O., qui prend fin en 1936.

Heureusement, Betty Grable se montre bientôt excellente dans le rôle féminin principal de «This Way Please» (1937) pour la Paramount qui, séduite, l'incorpore dans son écurie de vedettes.
 Elle figure alors en tête d'affiche de «Campus Confessions» (1938) et «Million Dollar Legs» (1939) mais doit se contenter de personnages plus secondaires dans «Thrill of a Lifetime» (1937), «College Swing» (1938), «Give Me a Sailor» (1938) et «Man About Town» (1939).

A la fin des années 30, la Paramount met fin à leur association et l'actrice doit bien réaliser qu'elle n'a pas atteint le premier rang des étoiles après, pourtant, déjà dix ans de présence à Hollywood.
 Elle prend dès lors la judicieuse décision de se produire sur scène, d'abord avec Eddie 'Rochester' Anderson, puis avec Jack Haley, ce qui lui permet de se faire remarquer par la 20th Century Fox, avec qui elle signe en octobre 1939.

N'ayant néanmoins aucun projet cinématographique immédiat, elle accepte de figurer parmi les protagonistes du spectacle musical «Du Barry Was a Lady», qui est joué pour la première fois le 6 décembre 1939 à Broadway et qui remporte un triomphe, permettant à Betty Grable de faire la couverture du magazine "Life" le 11 décembre.
 En juin 1940, elle retourne à Hollywood pour remplacer Alice Faye, victime d'une crise d'appendicite, dans le film «Down Argentine Way», qui la transforme enfin en star du Septième Art.

Devenue une des reines des comédies musicales de la 20th Century Fox, qui assure bientôt ses jambes à la Lloyds of London, elle enchante le public avec, entre autres, «Moon Over Miami» (1941), «Song of the Islands» (1942), «Sweet Rosie O'Grady» (1943), «Pin Up Girl» (1944), «The Dolly Sisters» (1945), «Mother Wore Tights» (1947), «When My Baby Smiles at Me» (1948), Wabash Avenue» (1950), «Call Me Mister» (1951),…

Son succès est immense et, de 1942 à 1951 inclus, elle ne cède que deux fois, en 1945 et 1946, sa place de vedette féminine la plus populaire au box-office américain.
 Durant la deuxième guerre mondiale, une de ses photos, la représentant en maillot blanc, devient sans doute l'image de pin-up la plus diffusée auprès des G.I.s.
 Dans la seconde partie des années 40, elle est, durant quelque temps, la femme la mieux payée des U.S.A.

A partir de 1952, la renommée grandissante de Marilyn Monroe à la Fox marque le début de son déclin.
 Le rôle de Lorelei Lee dans «Gentlement Prefer Blondes» (1953), qu'elle espère se voir confier, revient finalement à la nouvelle blonde à la mode, qui bénéficie de toute la machinerie publicitaire de la Fox, ce qui n'est pas le cas pour Betty Grable et le film qu'elle tourne à l'époque, «The Farmer Takes a Wife» (1953).

Elle arrive toutefois encore à briller en formant un bien réjouissant trio avec Lauren Bacall et Marilyn dans «How to Marry a Millionaire» (1953).
 En juin 1953, un communiqué annonce la fin de la collaboration entre la Fox et l'actrice, déçue par l'attitude de la compagnie à son égard.
 Par la suite, elle est, pour la Columbia, l'interprète de «Three for the Show» (1955), qui n'est hélas pas la production idéale pour relancer sa carrière.

Après cette expérience un peu décevante, elle accepte, pour une coquette somme, de retourner à la Fox, qui désire étoffer le générique de «How to Be Very Very Popular» (1955), un projet initialement refusé par Marilyn et réattribué à Sheree North.
 Betty Grable est loin d'être satisfaite du résultat et ce titre est le dernier de sa filmographie.

Par la suite, c'est sur scène qu'elle poursuit son parcours avec, notamment, «Hello Dolly» à Las Vegas de décembre 1965 à septembre 1966 et à Broadway de janvier 1967 à décembre 1967 ou encore «Born Yesterday» qu'elle joue à travers l'Amérique à la fin des années 60 et au début des années 70.

On la retrouve en outre à la télévision. On peut particulièrement relever ses apparitions dans des émissions populaires comme «The Bob Hope Show», «The Dinah Shore Chevy Show», «The Ed Sullivan Show», «The Andy Williams Show», «The Carol Burnett Show», etc.

Marlène Pilaete