X

Lotte MENAS alias Lilli MINAS alias Liselotte von GREY (? / ?)

icone

D'origine allemande, Lotte Menas se fait connaître en Italie dans des spectacles musicaux et remporte notamment un joli succès grâce à l'opérette «Ballo al Savoy».
 Elle débute à l'écran, directement en vedette, dans «Frutto acerbo» (1934) et «Kiki» (1934).
 Dans ce dernier film, on retrouve aussi l'actrice Pina Renzi, avec qui elle se lie d'amitié. Certaines rumeurs font d'ailleurs état d'une relation plus intime entre les deux femmes.

Lotte Menas continue à fréquenter les plateaux de tournage en figurant parmi les protagonistes de «Eravanno sette sorelle» (1938).
 Elle incarne ensuite une séductrice retorse dans «L'arcidiavolo» (1940) et y est créditée sous un différent pseudonyme, Lilli Minas.

En 1942, Pina Renzi passe derrière les caméras et réalise le film «Cercasi bionda bella presenza», dont elle réserve le rôle principal à son amie qui, pour l'occasion, change une fois de plus de nom et se transforme en Liselotte von Grey.

La carrière au Septième Art de celle-ci s'achève avec une apparition dans «Il fiore sotto gli occhi» (1944), au générique duquel on ne s'étonne pas de retrouver, parmi les interprètes, Pina Renzi, ce qui avait d'ailleurs aussi été le cas pour «Eravanno sette sorelle» et «L'arcidiavolo».
 Comme on le voit, le parcours cinématographique de Lotte/Liselotte croise celui de Pina Renzi dans cinq des six titres de sa filmographie.

La scène demeure finalement son domaine de prédilection.
 Mentionnons, par exemple, sa présence, en 1937, au festival d'Abbazia (aujourd'hui Opatija en Croatie), qui lui permet de se faire apprécier de nouveau dans «Ballo al Savoy» ainsi que dans «Casanova» de Ralph Benatzky, sur une musique de Johann Strauss.
 Citons également la revue «Imputati… Alziamoci» qu'elle joue à Rome en 1944, aux côtés de Rossano Brazzi et Alberto Sordi.

Pour terminer, relevons que, sur les planches, la blonde artiste semble n'avoir utilisé que les pseudonymes de Lotte Menas et Lilli Minas, et pas celui de Liselotte von Grey.

Marlène Pilaete