X

Mary NOLAN alias Imogene ROBERTSON (1902 ? 1905 ? / 1948)

icone

Après avoir posé pour des illustrateurs de renom, une jeune fille née Mary Imogene Robertson dans l'état du Kentucky aux Etats-Unis débute sur scène à New York en 1922.
Son physique lui vaut bientôt de se faire remarquer par Florenz Ziegfeld, qui décide d'en faire une des attractions de ses «Ziegfeld Follies» de 1923 et 1924.
A l'époque, c'est sous le pseudonyme d'Imogene 'Bubbles' Wilson qu'elle mène sa brillante carrière sur les planches.

En mai 1924, elle intente un procès, qu'elle perdra, à son amant de l'époque, le comédien Frank Tinney, en l'accusant de l'avoir violemment battue.
 Curieusement, elle se réconcilie ensuite avec lui.
Toute cette affaire fait bien sûr les choux gras de la presse et déplaît fortement à Ziegfeld, qui décide de mettre fin au contrat de l'infortunée Imogene en août de la même année.
Celle-ci part ensuite en Angleterre, où elle retrouve Tinney, avant de pouvoir enfin s'extirper de cette relation néfaste en acceptant une offre de faire du cinéma en Allemagne.

Elle devient ainsi, sous le nom d'Imogene Robertson, une star du cinéma germanique de 1925 à 1927 avec des films comme, entre autres, «Die unberührte Frau» (1925), «Die Elf schillschen Offiziere» (1926), «Das Süsse Mädel» (1926), «Die Königin des Weltbades» (1926), «Das Panzergewölbe» (1926), «Erinnerungen einer nonne» (1927), «Hallo Caesar !» (1927),…

Des offres en provenance de Hollywood ne tardent pas à lui parvenir et, en 1927, elle retourne aux U.S.A., sous contrat avec la United Artists.
 Pour tenter d'effacer le souvenir de ses «exploits» passés et lui permettre de prendre un nouveau départ, elle est rebaptisée pour l'occasion «Mary Nolan».
 Elle fait alors une apparition dans «Topsy and Eva» (1927) et tient un rôle plus conséquent dans «Sorrell and Son» (1927).

Par après, elle signe avec la Universal, pour qui elle est la vedette de «Good Morning Judge» (1928), «The Foreigh Legion» (1928), «Silk and Saddles» (1929), «Shanghai Lady» (1929), «Undertow» (1929), «Young Desire» (1930) et «Outside the Law» (1930).
 Elle est en outre prêtée à la M.G.M. pour «West of Zanzibar» (1928) et «Desert Nights» (1929).

Néanmoins, il semble que Mary Nolan ne soit pas destinée à mener une existence paisible.
 En juillet 1930, elle est, suite à la dénonciation de deux infirmières, soupçonnée d'usage de stupéfiants mais, bien qu'il semble qu'elle soit réellement tombée sous l'emprise de la drogue, la justice la déclare finalement non-coupable.
 La même année, elle se montre si insupportable durant le tournage de «What Men Want», qu'elle est finalement renvoyée du plateau et remplacée par Pauline Starke.

Peu de personnes sont dès lors étonnées lorsque la Universal se sépare d'elle en janvier 1931. Elle finit son parcours cinématographique en travaillant principalement dans des studios de seconde zone de Poverty Row et disparaît des écrans après «File 113» (1933).

Le reste de son existence est notamment émaillé par des prestations dans des night-clubs miteux, qu'elle devra cependant abandonner lorsque sa beauté ne sera plus qu'un souvenir, plusieurs nouveaux ennuis avec la justice et divers séjours dans des hôpitaux.
 En 1948, elle est traitée pour une affection à la vésicule biliaire et passe quelque temps en clinique pour malnutrition.
 Elle décède en octobre d'un empoisonnement aux barbituriques.
 L'enquête ne pourra déterminer s'il s'agit d'une mort accidentelle ou d'un suicide.

Marlène Pilaete