X

Anneli SAULI alias Ann SAVO (1932)

icone

Anneli Sauli (née à Pyhäjoki, Finlande) débute à l'écran en 1953 et devient uns star du cinéma finlandais grâce à son deuxième film, «Hilja, maitotytto» (1953), dans lequel elle a une scène de nudité qui fait sensation à l'époque.

Elle est, par la suite, l'interprète de, entre autres, «Minä soitan sinulle illalla» (1954), «Kaunis Kaarina» (1955), «Jokin ihmisessa» (1956), «Miriam» (1957), «Kahden ladun poikki» (1958), «Ei ruumiita makuuhuoneeseen» (1959), «Lumisten metsien tyttö» (1960), «Raportti eli balladi laivatytïstä» (1964), «Onnenpeli» (1965),…

Elle est également très demandée en Allemagne de 1958 à 1965 et, sous le pseudonyme d'Ann Savo, version abrégée de son véritable nom, Anneli Savolainen, y tourne notamment «Unuhige Nacht» (1958), «Salem Aleikum» (1959), «Die toten Augen von London» (1961), «Das Testament des Dr. Mabuse» (1962), «Das siebente Opfer» (1964) ou encore «Ein Ferienbett mit 100 PS» (1965).
 Elle est en outre la vedette du film de science-fiction germano-finlandais «Zurück aus dem Weltall» / «Avaruusraketilla rakkauteen» (1959).

Dans la seconde moitié des années 60, on la voit surtout dans quelques téléfilms finlandais et elle est peu présente au grand écran.
 De 1971 à 1996, elle est principalement active au théâtre et ne fréquente plus que très occasionnellement les plateaux de tournage.

Dès la fin du vingtième siècle, on la revoit un peu plus régulièrement au Septième Art, comme dans, par exemple, «Armon aiku» (1999), «Ganes» (2007) ou «Kohtaamisia» (2009), et à la télévision.
 Dans ce dernier domaine, mentionnons sa présence dans les séries «Hovimäki» (1999-2000), «Käenpesä» (2004-2006), «Taivaan tulet» (2013) et «Kiiltokuvia» (2014).

En 2013, elle reçoit un "Jussi", équivalent finlandais du César, pour l'ensemble de sa carrière.

Marlène Pilaete