X

Ann SHERIDAN alias Clara Lou SHERIDAN (1915 / 1967)

icone

Après avoir figuré parmi les lauréates d'un concours de beauté organisé en 1933 par la Paramount, Ann Sheridan (née à Dallas, Texas) est prise sous contrat par cette compagnie et débute à l'écran en 1934.
 Elle tourne ses premiers films sous son véritable nom, Clara Lou Sheridan, avant qu'on ne lui demande d'opter pour quelque chose de plus court.
 C'est ainsi qu'elle deviendra "Ann Sheridan" pour la postérité.

Elle tient pour la première fois le rôle féminin principal dans «Car 99» (1935) mais, finalement, la Paramount se défait d'elle dans le courant de l'année 1935.
 En 1936, elle signe avec la Warner qui, fidèle à sa réputation de ne pas laisser ses comédiens inactifs, l'emploie dans treize productions en 1937 et 1938.
 On la retrouve ainsi dans des séries B sans prétention comme «She Loved a Fireman» (1937), «Wine, Women and Horses» (1937) ou encore «The Patient in Room 18» (1938) mais aussi dans un classique comme «Angels with Dirty Faces» (1938).

La jeune femme gravit peu à peu les échelons du succès et, en mars 1939, à l'occasion d'une compétition lancée par le département publicitaire de la Warner et destinée à décerner le titre de "Oomph Girl"» à l'actrice la plus glamour de Hollywood, elle est déclarée gagnante par le jury.
 Ann Sheridan reconnaîtra plus tard que le résultat était arrangé à l'avance.
 Qu'importe, le résultat dépasse les espérances et la "Oomph Girl" devient un phénomène médiatique.

En juillet de la même année, elle fait la couverture du magazine "Life", qui parle à son sujet de "…la découverte cinématographique de 1939".
 Elle est désormais une star en vue et Walter Wanger, qui vient de révéler Hedy Lamarr dans «Algiers» et de transformer Joan Bennett en brune dans «Trade Wings», s'empresse de louer ses services et de la mettre en tête d'affiche de «Winter Carnival» (1939).

Elle est une des principales étoiles de la Warner durant les années 40 et est alors l'interprète de, entre autres, «Torrid Zone» (1940), «They Drive by Night» (1940), «City for Conquest» (1940), «Honeymoon for Three» (1941), «King's Road» (1942), «The Man Who Came to Dinner» (1942), «Wings for the Eagle» (1942), «Edge of Darkness» (1943), «Shine on Harvest Moon» (1944), «One More Tomorrow» (1946), «Nora Prentiss» (1947), «The Unfaithful» (1947), «Silver River» (1948),…

Après avoir fait un tour à la R.K.O. pour «Good Sam» (1948), elle s'aperçoit que la Warner, avec qui les relations n'ont pas toujours été au beau fixe, n'a rien d'intéressant à lui proposer.
Elle décide dès lors de racheter la fin de son contrat et part à la Twentieth Century Fox, où elle est la partenaire de Cary Grant dans «I Was a Male War Bride» (1949), qui sera son dernier grand succès.

En effet, par la suite, sa carrière décline progressivement, bien qu'elle puisse encore se montrer excellente comme dans «Take Me to Town» (1953) ou «Come Next Spring» (1956) par exemple.

La production à petit budget «Woman and the Hunter» (1957) est le point final de sa filmographie et, désormais, on retrouve la comédienne sur scène et à la télévision, avant que le cancer ne l'emporte en 1967.

Marlène Pilaete