Lon CHANEY (1883 / 1930)

Article paru dans la revue "Cinémonde", à la fin des années 1920

A l'heure où un sourd est appelé un malentendant et une femme de ménage une technicienne de surface, cet article, paru dans un numéro de Cinémonde dans la seconde moitié des années vingt, serait aujour'dhui qualifié de "politiquement incorrect".

Si nul ne saurait reprocher à Lon Chaney d'appeller un chat un chat comme on le faisait encore au début du XXème siècle, ces quelques lignes n'en demeurent pas moins assez confuses et parfois porteuses d'idées plus ou moins “fumeuses”. Il faut bien se remémorer le contexte de l'époque où la phrénologie alimentait encore les conversations dans les salons à la mode. Permettez-moi d'apporter un souvenir personnel lié à l'un de mes premiers livre de lecture, distribué par l'Education Nationale vers la fin des années cinquante, où l'on nous montrait un visage aux traits disgracieux, ressemblant au Fagin personnifié par Alec Guinness dans «Oliver Twist», avec la légende "un nez courbe est souvent le signe d'un caractère fourbe" ! La rime était riche …

Les secrets de mon maquillage…

Lon ChaneyLon Chaney

Prenons les contes de fées. Ils valent la peine d'être étudiés …

… Ils procurent une vision merveilleuse du travail intérieur qui se fait dans l'esprit humain car, destinés aux enfants, ils ramènent les choses à leur forme la plus directe et la plus simple. Dans la majorité des contes de fées, les nains, les géants et les phénomènes de toute nature sont toujours les forces du mal. Ils sont les scélérats du monde des fées où une beauté anormale est la seule anormalité qui soit acceptée avec faveur. La princesse doit être la plus belle, le prince charmant le plus beau. Tous les autres excès sont dangereux pour les intéressés.

Evidemment, sur l'écran silencieux, la laideur et la difformité constituent un des moyens les plus directs pour créer une antipathie aux yeux des spectateurs. Donc, si la difformité et la dépravation n'allaient de pair que dans les contes de fées et sur l'écran, il n'y aurait pas lieu de s'en précoccuper. Ce serait simplement un des meilleurs et des plus rapides moyens pour créer l'impression désirée. Dès que le public verrait apparaître cet objet d'horreur, il saurait que c'est le personnage antipathique.

Mais il y a un enseignement à tirer de cela. Habillez une fantoche avec des souliers démesurés, des pantalons trop large et un chapeau trop petit et le public sait aussitôt qu'il aura à se moquer de lui. Donnez-lui un regard oblique ou sarcastique ou une figure contractée de façon déplaisante et vous saurez que le personnage n'aura pas votre sympathie.

Je suppose que notre vieux monde est beaucoup plus honnête qu'on ne le croit et que notre mère la Nature marque souvent son bien d'une estampille à laquelle on peut se fier. On nous enseigne à ne pas juger sur les apparences. J'ai même entendu des femmes énoncer que la beauté n'est qu'une question de surface et je suis confondu que, n'étant pas belles elles-mêmes, elles puissent savoir ce qu'il en est.

Lon ChaneyLon Chaney

Mais je gage qu'elles ont tort. J'imagine que les choses sont ordinairement, en grande partie, ce qu'elles ont l'air. Si un homme ou une femme a un visage stupide, neuf fois sur dix vous pouvez parier que cet homme ou cette femme est stupide. D'une personne qui a l'air mesquin, madré ou maussade, vous pouvez vous attendre à ce qu'elle le soit effectivement. Très peu de personnes portent un masque sur leur visage, et même dans ce cas, on peut y trouver une sorte de révélation de leur caractère.

Et ici, permettez-moi de vous dire tout bas un secret. De toutes les belles femmes que j'ai connues – et il y en a quelques unes à Hollywood, vous pouvez m'en croire ! – aucune n'est belle suivant les canons de la beauté. Vous me direz que la Vénus de Milo, cette Vénus dont une copie figure orgueilleusement dans chaque musée du monde, est belle, et moi je vous répondrai que non. Les traits peuvent être parfaits, je vous l'accorde, mais leur ensemble n'a aucune expression. La beauté de l'esprit n'a rien à voir avec des traits réguliers et d'autres choses de cet ordre. Je ne veux pas paraître manquer de galanterie, mais je sais bien qu'une telle femme serait une sotte. Une figure intelligente ne pourrait être laide quand même elle le voudrait. La laideur est une sorte de stupidité brutale, triste, qui transparaît de l'âme dans les yeux.

C'est précisément parce que la Nature prend un soin pour imprimer sa marque de fabrique et parce que chaque homme porte sur lui ses différents caractères que j'ai tellement étudié l'art de me grimer.

J'ai fait une étude scientifique du visage humain et des indices du caractère, des lignes qui révèlent l'avarice, la cruauté, la fourberie, la sûreté ou la scélératesse. Et c'est curieux de voir comment, en accentuant un peu trop ces lignes, un visage peut être défiguré au point de perdre toute ressemblance humaine pour devenir un monstre.

En procédant à mon maquillage, je fais attention surtout aux yeux et à la bouche qui sont les indices principaux du caractère.

Lon ChaneyLon Chaney

La forme de l'oeil, les lignes qui l'entourent, la courbe du sourcil, tout demande une grande attention. Les lèvres doivent être charnues ou minces, une lèvre saillante, une mâchoire avancée donnent un aspect simiesque et suggèrent un caractère à la fois bestial et rusé.

Une bouche mince et droite donne une impression de cruauté, une bouche molle et incertaine dénote de la faiblesse et, combinée avec un oeil rusé, de la traîtrise.

Dans la vie réelle, il faut savoir discriminer parce que l'oeil et la bouche sont assez en contradiction et que cela peut demander un certain temps pour reconnaître celui qui domine l'autre. Cependant, comme les caractères que je représente sont généralement bien déterminés, je mets d'accord mes yeux et ma bouche.

Si j'ai insisté sur quelques-uns des points de mon maquillage, c'est parce que les personnages que j'ai incarnés possèdent ces caractéristiques poussées à un degré presque inhumain. Ils étaient littéralement des monstres à l'écran. Et cependant, j'éprouve le plus grand plaisir à paraître dans mon "moi" normal. L'amour du naturel, les recherches scientifiques font aussi, grâce au ciel, partie de mes joies dans la vie.

Lon Chaney
Ed.8.1.1 : 10-7-2015