François GUERIN (1927 / 2003)

… Une éternelle jeunesse

François Guérin

Quel plaisir de rappeler à nos mémoires le souvenir d'acteurs aussi charmants que François Guérin, à l'apparence si juvénile et qui nous fit montre d'un talent irréprochable ! Il en fut de même lorsque le comédien céda peu à peu sa place au metteur en scène de nos meilleures pièces.

Sa présence sur les scènes de nos plus grands théâtres fut doublée d'une filmographie intéressante qu'il nous plait de décliner ici…

Yvan Foucart

Article paru dans le N° 581 de la revue "Mon Film" (9-10-1957)

Grand, brun, beau garçon, spontané, conscient (et reconnaissant à la vie) de son bonheur et amoureux de sa femme, tel est, puisque nous le présentons ici pour la première fois, François Grondin, Guérin par le pseudonyme…

François Guérin, une interview…

François GuérinFrançois Guérin

On tournait de nuit, les projecteurs braqués sur le pavé, à Ménilmontant.

"Où se mettre ?
- J'ai une idée : dans ma voiture ; vous pourrez y écrire plus commodément", me suggère l'acteur."- Comment avez-vous trouvé votre pseudonyme ?

- Mon nom réel était celui d'un poisson de mer, je ne voulais à aucun prix le mêler à l'art !" dit comiquement le jeune homme. "J'ai donc choisi un nom simple et, en feuilletant l'annuaire du téléphone, j'ai trouvé Guérin.
- Quel âge avez-vous ?
- Je suis né en 1927, à Paris. Mon père est ingénieur-électricien; il fait des radars.
- Il ne s'est pas opposé à vos désirs théâtraux ?
- Au contraire ; lorsque mes parents ont compris que j'étais vraiment attiré par la scène, ils m'ont dit: 'surtout ne te lance pas là-dedans pour gagner de l'argent ! Prends ton temps. Nous sommes là. Travaille, ne pense qu'à apprendre, sans autre souci'
- Quels parents merveilleux !
- Oh! oui", s'exclame François Guérin.

"Avez-vous trouvé d'autres gens qui vous ont aidé au départ ?
- Oui: la regrettée Marie Ventura. Elle a été un professeur épatant, une amie. Je suis resté deux ans à son cours. Pendant ces deux années, j'ai écouté et j'ai regardé… J'avais fait sa connaissance avec surtout l'idée de me vouer aux décors, à la mise en scène. N'avais-je pas rêvé de faire les Beaux-Arts, de courir les salles de rédaction avec des croquis sous le bras pour illustrer des nouvelles ?
- Vous êtes revenu de cette illusion…
- Au lieu de cela, j'ai donné la réplique au Conservatoire. En obtenant mon “bac”, je n'avais pas perdu un côté naïf, une timidité qui ne m'ont pas nui, heureusement pour moi… Aujourd'hui, mes gains sont moins problématiques.
- Vraiment, vous êtes timide ?
- Pas quand je connais bien les gens… mais je le suis ; et changer de “réplique” c'était chaque fois comme lorsqu'on change de lycée. Il fallait toute la douce autorité de Marie Ventura, qui se plaisait à m'appeler son fils spirituel, pour me rendre l'assurance sans laquelle on ne peut aborder le publie. Elle m'apprit un beau matin qu'il y avait un rôle pour moi dans «La valse des toréadors», un rôle très amusant. Le lendemain, j'ai pu m'embusquer dans la voiture de mon père pour guetter l'auteur, Jean Anouilh, et, après plusieurs jours de patient stationnement, j'ai attiré son attention, donné mon adresse et j'ai été convoqué et engagé…

"Quels films avez-vous tournés ?
- «Jupiter», «La vie d'un honnête homme» (où j'étais le fils de l'incomparable Michel Simon), «Mam'zelle Nitouche», «Les aristocrates» (où Pierre Fresnay m'a beaucoup appris), «Paris-Coquin», «Le long des trottoirs», de Léonide Moguy, mon premier film en vedette. J'ai encore tourné «La roue» et «Mitsou». Permettez que je signale qu'en même temps je jouais Ornifle, aux côtés de Pierre Brasseur. Puis j'ai tourné une deuxième fois pour Léonide Moguy : «Donnez-moi ma chance»; enfin «Rafle sur la ville», d'après le roman d'Auguste Le Breton, avec Danik Patisson. Elle joue ma femme, mais nous ne jouons aucune scène ensemble.
- Projets ?.

- Aucun !" s'écrie le jeune homme.

Sans nuages…

- Alors, un petit peu de vie privée… Comment se nomme votre femme ? Elle est comédienne…
- Elle s'appelle Anne Myey. Elle signe maintenant Anne Guérin, comme moi. Elle est en effet comédienne.
- Physiquement, voulez-vous la dépeindre ?
- Elle mesure 1m,57 (je fais 1m,87). Elle est d'un blond auburn, ses yeux sont verts. Nous sommes très différents. Je me laisse volontiers aller à satisfaire ses petits caprices, ou ses désirs. J'aime beaucoup donner et voir la joie que je donne.
- Depuis combien de temps êtes-vous mariés ?
- Depuis quatre ans.

- Avez-vous une maison de campagne ?
- Pas encore, mais nous allons très souvent chez mes parents qui résident à Neuilly. Mon père possède un yacht et, comme lui, je raffole de la vie en mer.
- Comment conciliez-vous votre métier et votre amour ?
- Nous nous arrangeons pour être toujours ensemble, qu'elle joue ou non avec moi. Je ne laisse pas ma femme toute seule. J'ai des amis, mais je ne leur sacrifie pas notre intimité."

Des jeunes filles, une véritable nuée, se sont abattues sur la voiture de François Guérin et réclament des dédicaces. Tout en inscrivant des phrases gentilles, il parle de celle qu'il aime.
"- Voyez-vous, cette année, nous n'avons pas eu tellement de vie privée. L'hiver prochain, nous nous arrangerons pour qu'il en soit autrement.
- Anne Guérin est-elle bonne maitresse de maison ?
- Elle fait très bien, mais très, très bien la cuisine", répond le jeune acteur.
"- Aimez-vous que votre femme soit coquette ?
- Bien entendu. D'ailleurs nous portons les mêmes couleurs le gris, le bleu. Pour elle, il faut encore ajouter le vert."

Et, soudain, il reprend…
"- Je suis très heureux ! J'ai mes parents, ma femme, mes amis, ma voiture, mon bateau, ce que j'aime est à l'endroit précis où je désire le saisir. Une fois, j'ai été pleinement satisfait d'un rôle, dans "La ligne de chance". J'espère que cela reviendra, le rôle parfait…
- Dites-vous des vers ?
- Non. Par pudeur, par timidité… Au fond, je ne suis pas un dramatique. Mon emploi est de fantaisie.
- Nous n'avons pas d'enfant, mais nous avons Pipe, notre chien basset", me dit-il encore.

A côté de nous, les projecteurs illuminent la rue…

Paule Corday-Marguy
Ed.7.2.1 : 27-1-2016