De quatre acteurs autrichiens

Tableau n° 16

Adrian Hoven
Friedrich Von Ledebur
Josef Meinrad
Toni Sailer

Les années 50 ont permis aux spectateurs de notre Hexagone de faire la connaissance de quatre acteurs autrichiens.

Vous souvenez-vous du sémillant et romanesque prince Albert de Saxe-Cobourg aux côtés de la jeune reine Victoria / Romy Schneider? Il était incarné par Adrian Hoven.

De même l’amusant colonel Böckl de la série des Sissi? Dans le civil, il se nommait Josef Meinrad.

Un peu plus tard, un champion de ski mondialement connu, Toni Sailer, devenait un jeune premier des toiles blanches germaniques.

Enfin, Queeneg, un étrange Indien aux traits burinés traversait le pont du "Pequod", barré par le capitaine Achab en quête de sa baleine blanche: j'ai nommé Friedrich Von Ledebur.

Mais qui étaient véritablement ces comédiens?

Donatienne, janvier 2010
… né avec le siècle
Friedrich von LedeburFriedrich von Ledebur

Friedrich Von Ledebur naquit le 3 juin 1900, à Nisco, en Galicie (province de l’ancienne Autriche-Hongrie aujourd’hui rattachée à la Pologne).

Descendant d’une grande lignée d’aristocrates, il se nomme véritablement - et entièrement - Friedrich Anton Maria Hubertus Bonifacius, Comte de Ledebur-Wicheln.

Il est le quatrième enfant d'une famille qui en compte 7. Tout comme ses 5 frères et sa sœur, il reçoit de ses parents, le comte Adolf Von Ledebur-Wicheln et la comtesse Marie née Resseguier une éducation complète tant sur le plan intellectuel que sportif ou artistique. L’équitation, plus particulièrement, fait partie du programme.

La Première Guerre Mondiale apporte à la famille sa part de tragédie personnelle : le fils aîné, Johan, est tué en 1918, un mois avant la fin des combats, alors que Friedrich est déjà enrôlé dans l’armée autrichienne ; il n’a pourtant que 16 ans. Il finira officier de cavalerie.

Après ces années d’horreur, le jeune comte s’envole pour les Etats-Unis. Nous n’avons que peu d’éléments sur ses activités outre atlantique pendant les années 20. Il garde sa nationalité autrichienne et fréquente le monde des artistes. Il rencontre ainsi Iris Tree, actrice, poétesse, modèle, classée dans les “excentriques”, qu’il l’épouse en 1927. De cette union naîtra le comte Christian en 1928. Parallèlement, il suit des cours d'art dramatique dans le but de devenir comédien. Le couple divorcera en 1955.

Il est vraisemblable qu'il resta aux Etats-Unis pendant le second conflit mondial : la guerre, il a déjà donné !

Son divorce prononcé, il se remarie avec la comtesse Alice Hoyons von Stichsenstein qui lui donnera un deuxième fils, le comte John-Frederick en 1956. Il aura le bonheur de connaître les premiers de ses nombreux petits enfants.

Friedrich Von Ledebur, devenu Frederic Ledebur lors de sa carrière américaine, décéda le jour de Noël 1986, à 86 ans, l'âge de son siècle.

Un acteur apprécié…

Friedrich von LedeburFriedrich von Ledebur

Il faut attendre 1945 pour voir enfin sur un grand écran ce comédien à la belle chevelure blanche, aux traits burinés comme les marins qu’il a plusieurs fois incarnés. Ses qualités de cavalier lui ouvrent les portes de plusieurs productions hollywoodiennes; il sera même conseiller équestre sur plusieurs de ses tournages. Très vite, les meilleurs réalisateurs apprécient ce véritable gentleman pour son talent sensible jusque dans de de tout petits rôles.

Ernst Lubitsch, dès 1945, pour «A Royal Scandal/Scandale à la cour» où il est l’un des nombreux généraux russes; Otto Preminger dans «Forever Amber/Ambre» (1947); Alfred Hitchcock dans «Notorious/Les enchaînés» (1948), dont les têtes d’affiche sont Cary GrantCary Grant et Ingrid BergmanIngrid Bergman; Robert Siodmark dans «The Great Sinner/Passion fatale» (1949); Richard Brooks dans «Les frères Karamazov» (1958) où il devient un juge.

Il tournera 4 fois sous la direction de John HustonJohn Huston, dont le rôle du harponneur Queequeg dans l’adaptation cinématographique de la nouvelle de Herman Melville, «Moby Dick» (1956) . Ses traits anguleux et son corps tatoué pour l'occasion contribueront au succès de sa remarquable composition. On l’aura vu auparavant participer à «Moulin Rouge» (1952), maître d’hôtel de chez Maxime, avant de le retrouver dans «Freud» (1962), évocation du célèbre psychanaliste, et «Reflets dans un oeil d'or » avec Elizabeth TaylorElizabeth Taylor et Marlon BrandoMarlon Brando.

Mettant en scène «Les boucaniers» (1958), Anthony Quinn lui confie le personnage du capitaine Bart où il croise Yul Brynner, Charlton Heston et Charles Boyer.

Dans les années 60, il retrouve Robert SiodmakRobert Siodmak, figurant au générique de «Der Shatz der Azteken» (premier volet du film sorti chez nous en version condensé, «Les mercenaires du Rio Grande»), d’après une nouvelle de Karl May, où il incarnera un comte, ce qui ne lui posera aucun problème de composition. Par contre, il participera aux deux épisodes de la grande fresque «Der Kampf um Rom» (1968) du même réalisateur.

Terence Young aura également remarqué ce comédien racé et élancé (1,93 m !), élégant et viril. Il aimera travailler avec lui puisqu’on le retrouvera dans trois opus signés de ce même metteur en scène. Citons «L’arbre de Noël», où il incarne un gentleman cavalier, ami du petit Pascal condamné irrémédiablement par une leucémie.

N'omettons pas ces deux passages fugitifs dans l'univers de Federico FelliniFederico Fellini, «Juliette des esprits» (1965) et «Ginger et Fred» (1985), son dernier film).

Sa savoureuse interprétation d’Eric XIV, roi de Kurlande et père de la ravissante Koba (Marthe KellerMarthe Keller), «La demoiselle d’Avignon», née de l’imagination du couple Louis Velle - Frédérique Hébrard, en fait un acteur très populaire dans le monde entier, même si l’on peut sourire à son français teinté d’un accent chaleureux. On apprendra qu’il aura été ravi de ce rôle et qu’il aura mis tout son cœur dans cette composition.

Sources…

Documents personnels, Imdb, plusieurs images glanées çà et là, dans divers ouvrages ou sur la toile, au cours de nombreuses années de vagabondage, et dont je n'ai pas toujours gardé trace de l'origine.

Donatienne (janvier 2010)
Ed.7.2.2 : 1-12-2016