"Quand l'inspecteur s'emmêle…"

Tableau n° 17

Jean Daurand
Philippe Nicaud
Raymond Souplex
André Valmy

"La nostalgie n’est plus ce qu’elle était", affirmait Simone Signoret…

Pour moi , au contraire, la nostalgie est toujours la même !

Et je me souviens de ce début des années 60 où, à peine adolescente, j'attendais impatiemment chaque dimanche soir le rendez-vous avec le sémillant inspecteur Leclerc, qui dénouait toutes les intrigues policières avec finesse et charme, aidé par l’efficace inspecteur Denys.

Sous une autre forme, je tentais tant bien que mal d’aider le fameux limier qu’était l’inspecteur Bourrel, accompagné de son fidèle adjoint Dupuy à résoudre l’affaire policière dont ils étaient chargés dans les fameuses «Cinq dernières minutes».

Ces bons souvenirs m’ont donné l’idée de cette planche.

Jean Daurand, Philippe Nicaud et Raymond Souplex, hélas, nous ont quittés, mais nous saluons Monsieur André Valmy.

Bon Dieu, mais c'est bien sûr, regardez, ce sont eux !

Donatienne, mai 2010
… alias l'inspecteur Denys
André ValmyAndré Valmy

Parisien de naissance, André Valmy voit le jour le 8 octobre 1919, sous le nom d'André Antoine Marius Dugenet.

Après une enfance dont on sait peu de choses, il suit des études en arts décoratifs; mais il se sent très vite attiré par le jeu de scène.

Il suit les cours de Solange SicardSolange Sicard où il côtoie Jacques BerthierJacques Berthier, qui a un peu le même parcours initial que lui, Suzanne FlonSuzanne Flon, Simone SignoretSimone Signoret

On le retrouve au Conservatoire, dans la classe de Béatrice Dussane. Tout naturellement, il fait ses premiers pas dans le métier de comédien sur les scènes parisiennes. Il servira de grands auteurs, comme Jean Anouilh, Tristan Bernard, John Steinbeck…

Amoureux et serviteur du théâtre, il sillonnera la France entière en participant à de nombreuses tournées. Dans les années 60, il rejoint la troupe Renaud-Barrault. La scène du théâtre des Célestins de Lyon l’accueillera à plusieurs reprises, aux côtés de Maria Casarès et Yves Montand. En 1983, il y reviendra pour une adaptation de «Roméo et Juliette».

André Valmy n’est pas un acteur que l’on peut classer dans la catégorie des séducteurs ou des jeunes premiers. Viril, il incarnera des personnages d’autorité, des militaires, des policiers.

Il débute au cinéma dans «Après Mein Kampf, mes crimes», film de propagande d'Alexandre Ryder (1940).

Sous l'Occupation, homme de conviction, il refuse de travailler pour la compagnie allemande Continentale. Il faut attendre 1946 pour le retrouver dans «Les démons de l’aube», donnant la réplique à Georges Marchal.

A la suite de cette prestation remarquée, Yves Allégret le retient pour «Une si jolie petite plage» (1948). Dans cette fin des années quarante, il travaille à quatre reprises avec Ginette LeclercGinette Leclerc : «Nuit sans fin» (1946), «Les eaux troubles» (1948), «L'auberge du péché» et «Un homme marche dans la ville» (1949). Leclerc, tout un programme !

Des metteurs en scène lui feront confiance à plusieurs reprises (André Hunnebelle, André Cayatte, Henri Decoin, Ralph Habib). Dans le film populaire de Jean Boyer, «La Madelon» (1955), il campe un officier belge. Dans «Il est minuit Docteur Schweitzer» (1952), il tient le rôle de l’administrateur Leblanc qui ne voit pas d’un très bon œil la venue de celui qui sera le mythique médecin de la brousse incarné par Pierre Fresnay.

Mais pour nombre de cinéphiles, son plus beau rôle demeure celui du marin breton Le Guellec dans le film de Christian-Jaque, «Si tous les gars du monde» (1955).

Enfin, à plusieurs reprises, il campera des policiers dans des films du genre («Maigret tend un piège», «Le Gorille vous salue bien», «Compartiments tueurs», etc).

«L'inspecteur Leclerc»

André ValmyAndré Valmy

Fidèle assistant de l’inspecteur LeclercPhilippe Nicaud, voici l’inspecteur Denys. Sous ce patronyme, André Valmy donne rendez-vous chaque dimanche aux téléspectateurs des années 60.

Mais sa carrière télévisuelle ne se cantonne pas à ce célèbre pesronnage. Nous le retrouvons dans plusieurs épisodes des «Cinq dernières minutes», des réalisations de «La caméra explore le temps», dans le cadre du «Théâtre de la jeunesse», des fictions de qualité comme «Zola», dans de grandes séries mythiques comme «Quentin Durward», «La malle de Hambourg», «Les Mohicans de Paris»

Sa voix posée, grave et prenante lui vaudra de participer à des émissions radiophoniques («Les Maîtres du Mystère») et mettre le verbe français dans la bouche de grandes vedettes internationales comme Randolph ScottRandolph Scott , Burt LancasterBurt Lancaster ou Gino CerviGino Cervi.

Retiré dans la région parisienne où il séjourna quelques années, André Valmy décéda le 18 novembre 2015, à Nice, d'une mort qualifiée de “naturelle”.

Sources…

Documents personnels, Imdb, plusieurs images glanées çà et là, dans divers ouvrages ou sur la toile, au cours de nombreuses années de vagabondage, et dont je n'ai pas toujours gardé trace de l'origine.

Donatienne (mai 2010)
Ed.7.2.1 : 19-9-2015