Quatre “latin lovers”

Tableau n° 20

Sergio Fantoni
Giacomo Rossi Stuart
Gabriele Tinti
Venantino Venantini

Voici un carrousel composé de quatre comédiens que nous connaissons plus ou moins bien : Sergio Fantoni, Giacomo Rossi Stuart, Gabriele Tinti et Venantino Venantini.

Eux, par contre, ne s'ignoraient pas, puisqu’ils ont eu l’occasion de se rencontrer sur les plateaux de tournage. Si deux d'entre eux nous ont quittés, les deux autres poursuivent encore leur parcours artistique.

“Princes charmants” au début de leur carrière, ils ont tous voulu gommer une image trop romanesque, certains n'hésitant pas à donner à leur carrière une direction très particulière.

Donatienne, mai 2011
… Jack Stuart pour les amateurs de genres
Giacomo Rossi StuartGiacomo Rossi Stuart

>Giacomo Rossi Stuart, qui se fera également connaître sous le nom américanisé de Jack Stuart dans sa période western, naît à Todi en Italie, le 25 août 1925.

Petit garçon, il se passionne pour les récits d’aventure, ses livres de chevet étant souvent signés Rudyard Kipling. On comprend pourquoi, plus tard, il baptisera son fils Kim, en souvenir du petit héros de la jungle.

Giacomo s'épanouit dans les pratiques sportives. Equitation, escrime, puis boxe et pentathlon seront ses disciplines régulières. Comme on peut le penser, il devient un bel athlète, dans la trace des sombres et séduisants “latin lovers” candidats aux rôles des héros de la Rome Antique.

Pourtant, au début des années 50, il est attiré par les sirènes d’outre-Atlantique. Désirant embrasser la carrière d’acteur, il suit les cours du fameux Actors Studio, comme le fera Kim plus tard. Mais, à l’instar de plusieurs de ses compatriotes, il rentre au pays natal en 1953. Cette-année là, dans le cadre d'un co-production, le cinéma français le retient pour figurer dans «Jeunes mariés», lui permettant d'apercevoir la belle Anne VernonAnne Vernon. Il entame ainsi une carrière longue de 35 années et lourde de 80 longs métrages en tous genres : westerns, aventures, Cape et épées, peplums, fresques historiques, comédies, mais aussi thrillers, science-fiction, mystère, horreurs et guerre !

Au fil d'une cette liste, il apparaît dans nombre de seconds rôles solides, partageant l’ affiche avec de ravissantes partenaires : Audrey HepburnAudrey Hepburn («Guerre et Paix» de King Vidor, 1956), Virna LisiVirna Lisi («Sous les griffes du tyran», 1957, où il est anobli en duc), Jennifer JonesJennifer Jones («L’adieu aux armes», d’après l’œuvre d’>Hemingway>, où il sert sous le grade de carabinier), Dawn AddamsDawn Addams («Londres appelle pôle Nord» en 1957 , «L’ennemi silencieux» en 1958), etc. Il tient un rôle important, aux côtés de Stewart GrangerStewart Granger, dans la super-production internationale de Robert Aldrich, «Sodome et Gomorrhe» (1962).

Du cinéma en tous genres…

Giacomo Rossi StuartGiacomo Rossi Stuart

A partir des années 60, il oriente ses choix vers le western spaghetti, qui comme on le sait, a ses inconditionnels. Il en tournera 13. Tous ne laisseront pas de souvenirs impérissables, mais auront eu le mérite de réunir avec plaisir le public du moment : «Duel au Texas» de Richard Blasco, «Massacre au grand canyon», «Les terreurs de l’ouest», avec un Aldo MaccioneAldo Maccione et un Darry CowlDarry Cowl inattendus, et un peu plus tard, «Méfie toi Ben, Charlie veut ta peau», face à Giuliano GemmaGiuliano Gemma. Ne l'ayant pas vu, je ne sais pas qui a gagné !

Le public français, et même mondial puisque le film est apprécié en Chine et au Japon, le reconnaît sur la même affiche qu’Alain DelonAlain Delon dans «Zorro» (1974), où il tient le rôle farfelu de Fritz von Merkel.

Son barillet sans doute épuisé, il se tourne vers les film d’horreur et de mystère («Operazione paura» de Mario Bava, 1965) , mais aussi vers les thrillers comme «Viaje al vacio» et les films de guerre («I leopardi di Churchill»). Répondant à «L'appel de la chair» (1972), il se jette (à corps perdu ?) dans des films érotico-porno, batifolant avec le tandem Gabriele Tinti - Laura Gemser («Black Emmanuelle 2»), peut-être pour effacer une image trop mièvre.

>Giacomo Rossi Stuart> était marié à Klara Müller, top-model d’origine germano-hollandaise. Il est le père du comédien Kim Rossi Stuart (1969) qui, à 5 ans, était à ses côtés et à ceux de Catherine DeneuveCatherine Deneuve dans «La grande bourgeoise». On lui connaît également une fille, Valentina Rossi Stuart, elle aussi comédienne.

Il meurt à Rome le 20 octobre 1994, à l'âge de 69 ans.

Sources…

Documents personnels, plusieurs images glanées çà et là, dans divers ouvrages ou sur la toile, au cours de nombreuses années de vagabondage, et dont je n'ai pas toujours gardé trace de l'origine.

Donatienne (mai 2010)
Ed.7.2.1 : 27-9-2015