Bob HOPE (1903 / 2003)

The Road to… Heaven !

Bob Hope

Enfant d'immigrants britanniques, Bob Hope va devenir, au fil des années, l'amuseur numéro un du public américain.

Formé au vaudeville dès l'adolescence, il acquiert une notoriété grâce à la radio, avant d'envahir les écrans des salles obscures et des postes de télévision.

Son humour, souvent basé sur le langage et donc moins accessible au public français, lui donna l'aisance qui lui permit de tenir, pendant plusieurs années, la présidence de la fameuse cérémonie des Oscars…

Christian Grenier

En route pour la vie…

Bob HopeLloyd Durbin et Bob Hope (1921)

Bob Hope est né en… Grande-Bretagne (eh oui !), d'un père maçon, le 29 mai 1903.

En 1920, le père se fait naturaliser citoyen américain, entraînant ainsi la naturalisation de toute sa descendance.

Très tôt attiré par le spectacle, Bob Hope monte, dès 18 ans, un numéro de danse avec sa petite amie de l'époque, Mildred RosequistMildred Rosequist. C'est ensuite avec George ByrneGeorge Byrne qu'il donne un numéro de music-hall. Les représentations se succèdent jusqu'aux débuts à Broadway (1927 ou 1929, selon les sources). Il y connaît son premier grand succès en 1933, dans la pièce «Roberta». Entre-temps, il fut le partenaire de la chanteuse Dolores Reade. Mais nous en reparlerons…

En 1937, Bob Hope signe un contrat avec la chaîne radiophonique NBC. Très vite, l'audience atteint des chiffres phénoménaux, attirant ainsi l'attention des producteurs hollywoodiens sur le nouveau comique. Le comédien animera ainsi son émission pour la NBC pendant 60 ans!

La même année, donc, Bob fait sa première apparition à l'écran, dans un film-revue, «The Big Broadcast of 1938», pour la compagnie Paramount. C'est le début d'une longue série…

En route vers la gloire…

Bob Hope«Visage Pale», avec Jane Russell (1948)

En 1940, la Paramount met en chantier «The Road to Mandalay», une oeuvrette réunissant Bob Hope, Bing CrosbyBing Crosby et la chanteuse-danseuse Dorothy LamourDorothy Lamour. Le film, rebaptisé «The Road to Singapore/En route vers Singapour» eut un tel succès que, de 1940 à 1952, il fut suivi de cinq avatars. Le trio est alors mondialement connu.

Mais sa carrière d'acteur de cinéma ne fut pas véritablement à l'origine de grands chef-d'œuvres. Il tourna toutefois une petite quantité de comédies, sans ambition, mais toujours attrayantes. Outre la série des «En route…», nul n'a oublié «Paleface/Visage pâle»… et son fils ! Certes, l'humour, toujours de situation (au cinéma car à la radio il en fut bien sûr tout autrement), en est typiquement américain, mais le talent et la personnalité de Bob faisaient le reste . On peut d'ailleurs faire un rapprochement entre Bob Hope et Bing CrosbyFernandel. Les intéressés y ont pensé avant nous, puisque, à l'initiative de l'Américain, les deux hommes furent réunis en 1958 dans «A Paris tous les deux».

Toutefois, les cinéphiles se doivent de remarquer que l' élément le plus connu de sa filmographie demeure peut être «The Greatest Show on Earth/Sous le plus grand chapiteau du monde», un film dans lequel il ne fait qu'une courte apparition.

La télévision lui offrit également l'opportunité de présenter de nombreux shows.

En route pour l'éternité…

Bob HopeBob Hope et Dolores Reade (1955)

Outre Atlantique, Bob Hope est également connu pour son soutien permanent aux soldats de l'Armée Américaine, quel que soit le lieu de leur présence ou de leur engagement. On le voit ainsi sur tous les fronts militaires lors de la Seconde Guerre Mondiale, puis plus tard en Corée, au Japon, au Viet-Nam, etc. Il fut ainsi honoré par les présidents américains Dwight D. Eisenhower, Lyndon Johnson, Richard Nixon, Gerald Ford, Jimmy Carter, Ronald Reagan, George Bush, et Bill Clinton. Médaillé à plusieurs reprises, il reçoit également l'Ordre de l'Empire Britannique, gracieusement accordé par sa majesté Elizabeth II. Bob Hope, selon le Livre des Records, est l'homme de spectacle le plus décoré au monde ! Il continuera ces activités liées au Spectacle aux Armées jusqu'à la fin de sa vie…

Négligeons un premier mariage rapide pour déclarer que Bob Hope fut l'homme d'une seule femme, la chanteuse Dolores Reade, née Dolores de Fina, épousée en 1934 et qui l'accompagnera jusqu'à ce vilain jour de juillet 2003. Le couple adopta 4 enfants.

L'homme eut un autre grand amour, le golf, pratiqué comme un des beaux arts. Ne déclarait-il pas "Le golf est ma profession. Je raconte des histoires pour me payer mes clubs !"

Acteur et comédien multiforme, music-hall, radio, télévision, spectacle, cinéma, Bob Hope fut l'un des plus grands comiques américains de l'ère du cinéma parlant. Si l'oscar ne lui échut point (il en riat trop souvent pour qu'on puisse penser que cela le laissat indifférent), il eut l'honneur et le plaisir de remettre ceux de la cérémonie de 1968 relative à la saison précédente.

Ils doivent bien s'ennuyer, Là-Haut, pour nous l'avoir emprunté. Bonne Éternité, Les Anges !

Documents…

Sources : Imdb, documents personnels, plusieurs images glanées çà et là, dans divers ouvrages ou sur la toile, au cours de nombreuses années de vagabondage, et dont je n'ai pas toujours gardé trace de l'origine.

Citation : "Si je devais pondre un oeuf pour mon pays, je le ferais !" (Bob Hope)

Christian Grenier (décembre 2003)
Ed.7.2.1 : 8-11-2015