MODERN TIMES

«Les temps modernes», de Charles Chaplin (U.S.A., 1936)

Charles Chaplin
Paulette Goddard
Henry Bergman
Chester Conklin
Allan Garcia
Stanley Sanford
Lloyd Ingraham
Stanley Blystone
Richard Alexander
Louis Matheux
Charles Chaplin
Paulette Goddard
Henry Bergman
Chester Conklin
Allan Garcia
Stanley Sanford
Lloyd Ingraham
Stanley Blystone
Richard Alexander
Louis Matheux

la petite histoire…

afficheaffiche originale

De retour aux Etats-Unis après un tour du monde de 16 mois, Chaplin entreprend le tournage des «Temps modernes», influencé par les conséquences économiques et sociales du moment et quelques faits divers, notamment les dépressions nerveuses de certains ouvriers qui travaillaient sur des chaînes de montage dans une usine de fabrication dans la ville de Détroit ("J'ai pas dit laquelle… Si ? Je l'ai dit ? Alors je l'ai pas dit Ford !")

Chaplin se refuse encore à réaliser un film parlant alors que le cinéma muet est enterré depuis 5 ans déjà.

Charlie Chaplin : "Depuis l'innovation du son au cinéma, je n'arrivais pas à fixer mes projets. Bien que «Les lumières de la ville» fût un triomphe et eût fait plus de recettes qu'aucun film parlant à cette époque, il me semblait que tourner un nouveau film muet serait me donner un handicap plus lourd, Et puis j'étais obsédé par la crainte d'être démodé. Un bon film muet avait beau être plus artistique, j'étais bien obligé d'admettre que le son donnait plus de présence aux personnages. Je songeais parfois à la possibilité de tourner un film sonore, mais cette perspective m'était déplaisante, car je me rendais compte que je ne réussirais jamais à atteindre l'excellence de mes films muets. Il me faudrait également renoncer totalement à mon personnage de Charlot. Certains me suggéraient de le faire parler. C'était impensable, car le premier mot qu'il prononcerait ferait de lui quelqu'un d'autre. D'ailleurs, la matrice dont il était né était aussi muette que les haillons qu'il portait".

Le tournage commença en octobre 1934 et fut achevé seulement en août 1935

Le film est orchestré de bout en bout par ses propres compositions musicales et ne contient que deux petites scènes dialoguées qui furent rajoutées pendant le montage dans une version voix off.

Des scènes de dialogue entre Charlot et la jeune fille ont été testées puis définitivement écartées. Cependant, pour la toute première fois, le public entendit la voix de Chaplin à l'écran sur un morceau musical qui deviendra populaire lors de la relance du film dans les salles de cinéma en 1954. Cette chanson sera reprise maintes fois par d'autres chanteurs de plusieurs pays différents.


Paulette Goddard…
afficheCharles Chaplin, Paulette Goddard

Le compositeur Alfred Newman, qui avait déjà collaboré avec Chaplin en tant que chef d'orchestre sur «Les lumières de la ville» en 1931, se brouille avec lui lors d'une séance d'enregistrement et quitte définitivement le plateau, fou de rage. Il sera aussitôt remplacé par Edward Powell.

Chaplin lance définitivement la carrière de Paulette Goddard, qui est aussi sa compagne à la ville depuis 1932, avec le rôle de “la gamine”.

Charlie Chaplin : "Paulette, à mes yeux, avait quelque chose d'une gamine. Ce serait merveilleux d'avoir cela à l'écran. J'imaginais la rencontre, dans un car de police bondé, de Charlot et de cette gamine, le vagabond se montrant très galant et lui offrant sa place. C'était la base à partir de laquelle je pouvais construire une intrigue et trouver des gags…".

En 1940, emploiera une deuxième fois sa compagne pour «Le dictateur».

La société franco-allemande "Films Sonores Tobis" demanda des dommages et intérêts pour plagiat pour la séquence de la chaîne de montage du film «A nous la liberté» de René Clair (1931), ce qui le metteur en scène français mal à l'aise : "Chaplin est un trop grand homme et je l'admire trop pour admettre que son génie créateur puisse être contesté sous quelque forme que ce soit. Moi-même je lui dois beaucoup. Et d'ailleurs, s'il a emprunté quelques-unes de mes idées, il m'a fait un grand honneur".

Le film fut censuré en Italie et interdit en Allemagne nazie à cause des prétendues origines juives et tendances supposées communistes de son créateur. De son côté, le bureau de censure américain refusa quelques scènes, dont le gag entier du soutien-gorge dans le grand magasin, ainsi qu'un gros plan sur les pis d'une vache.

L'avant-première des «Temps modernes», dernier film muet, fut présenté par le couple Chaplin/Goddard au United Artist Theatre de San Francisco en décembre 1935 et remporta 1,4 millions de dollars en recettes pour un coût total de 1,5 million de dollars. Il bénéficiera d'une ressortie dans les salles avec succès en 1954 et 1972.

Liassons le dernier mot à Paulette Goddard : "Cela a été mon meilleur film, et c'est toujours mon film préféré. Charlie pouvait être difficile par moments, mais il m'a formée et c'était une merveilleuse expérience".

Fernand Cabrelli (mai 2007)

Sources : documents personnels, plusieurs images glanées çà et là, dans divers ouvrages ou sur la toile, au cours de nombreuses années de vagabondage, et dont je n'ai pas toujours gardé trace de l'origine.

Ed.8.1.1 : 23-9-2016