TITRE_ORIGINAL

«Le chemin de l'espérance», de Pietro Germi (Italie, 1950)

Raf Vallone
Elena Varzi
Saro Urzi
Franco Navarra
Liliana Lattanzi
Marcella Ciotti
Saro Arcidiano
Paolo Reale
Giuseppe Priolo
Angelo Grasso
Raf Vallone
Elena Varzi
Saro Urzi
Franco Navarra
Liliana Lattanzi
Marcella Ciotti
Saro Arcidiano
Paolo Reale
Giuseppe Priolo
Angelo Grasso

la petite histoire…

afficheaffiche originale

L’idée de tourner «Le chemin de l’espérance» est venue à Pietro Germi trois ans auparavant, durant le tournage de «Fuite en France» dirigé par Mario Soldati. Des douaniers qu’il avait connus à la frontière française lui avaient révélé que, quelques jours auparavant, ils avaient sauvé de la congélation et de la mort plusieurs familles calabraises bloquées par la neige. Ces gens étaient vêtus très légèrement et tentaient de s’expatrier clandestinement.

Pietro Germi accorde une grande importante à ce film pour ce qui concerne la première partie de sa carrière, au même titre qu’ «Au nom de la loi» 1949) et «Le disque rouge» (1955). Il reconnaît ressentir une certaine fierté et un éprouvé grand plaisir à l'avoir réalisé.

Pietro Germi : "Ceux qui me plaisent le plus sont «Le chemin de l’espérance» et «Le disque rouge» qui sont des films auxquels on a imputé un grand nombre de défauts, et ils les ont certainement, ces défauts ; mais à mon avis, ils ne sont pas très importants, c’est-à-dire que ce sont deux films de taille, avec une profonde respiration, avec un sens de la vie à la fois vaste et complexe…" (propos recueilli en 1960).

En tournant chaque scène, le metteur en scène savait exactement ce qu’il voulait. Constamment derrière l’objectif, il composait tous les cadrages avec une grande méticulosité. A cette époque, le réalisateur ne disposait pas du zoom et ne pouvait utiliser que rarement le chariot beaucoup trop encombrant destiné à faire bouger la caméra qui pouvait peser jusqu'à 70 kilos !

Le directeur de la photographie, Leonida Barboni, s’occupait des lumières tandis que son assistant, Alfieri Canavero, manoeuvrait la camera, exécutant à la lettre les indications du réalisateur.
Alfieri Canavero témoigne : "J'ai un souvenir indélébile du tournage mené dans une mine de soufre en Sicile. Descendu au fond, il me semblait être en enfer ; des roches émanait une chaleur insoutenable ; les mineurs, qui étaient en grève depuis une semaine, étaient à moitié nus. Je portais avec moi un des premiers enregistreurs audio. Avec ce petit appareil j’enregistrais un inoubliable choeur de mineurs qui chantait «Vitti’na crozza» sur le faux rythme d’une machine qui pompait l’air vicié des galeries…".

Après la sortie du film, «Vitti’na crozza», chant traditionnel sicilien, fut pressé sur vinyle pour la toute première fois et eut un grand succès populaire, avant d'être repris par des artistes de la chanson pendant plusieurs décennies.


Pietro Germi et Federico Fellini…
Pietro Germi et Federico FelliniPietro Germi et Federico Fellini

Le scénariste Federico Fellini travaillait à l’époque avec Pietro Germi pour le compte de la prestigieuse maison de production Lux film. L’année précédente, ils avaient déjà tourné ensemble «Au nom de la loi», évoquant la Sicile et la mafia.

«Le chemin de l’espérance» débouche sur un dénouement heureux, accompagné par la voix “off” de Pietro Germi. Fellini, qui était en désaccord total avec cette fin, eut une discussion houleuse avec le réalisateur. D’après son scénario, le film devait se terminer plus dramatiquement, les immigrés clandestins étant reconduits chez eux.

Pietro Germi s’explique : "Le final était naïf ? Il était trop irréel ? Peut-être, mais je le referais tel quel. Je me suis presque disputé avec Fellini parce que lui aussi me reprochait le sentimentalisme du final. Nous somme restés chacun avec sa propre idée. Ce n’est pas que je ne me rendais pas compte de l’improbabilité de ces gardiens de frontière qui, dans un élan de bon cœur effacaient toutes les frontières. Mais c’était, comment dire, un souhait, l’expression d’une espérance, et ce n’est pas par hasard que l’espérance se trouve dans le titre du film. Quelque chose enfin qui concluait de juste façon la longue émotion du film".

Le désaccord entre les deux hommes ne les empêchera pas de collaborer à nouveau ensemble dans «Traquée dans la ville» (1951) et «Il brigante di Tacca del Lupo/La tanière des brigands» (1952) qui sera le tout dernier travail de Federico Fellini en tant que scénariste avant qu'il ne se lance dans la réalisation du film «Courrier du coeur» (1952).

Dans «Le chemin de l’espérance», les personnages qu’interprètent Elena Varzi et Raf Vallone tombent amoureux l’un de l’autre. Pour l’anecdote, l'amour entre les deux comédiens était réel. Ils ont véritablement fait connaissance sur le plateau et se sont mariés à la fin du tournage. Elena Varzi avait été choisie au dernier moment pour remplacer l’actrice principale qui ne convenait pas aux yeux du réalisateur. Depuis lors, leurs parcours sentimental et professionnel les a rendus inséparables. Ils ont tourné ensemble sept films, de 1950 à 1954, dont «Le Christ interdit» (1951), l’unique film du très controversé Curzio Malaparte, «Les héros du dimanche» (1952) de Mario Camerini et «Roma ore 11» (1951) de Giuseppe de Santis. Puis, avec la naissance de leurs enfants, Elena Varzi préféra abandonner le cinéma pour se consacrer entièrement à sa famille. En 1999, elle suivra une dernière fois son mari pour tourner dans le film français «Toni», sous la direction de Philomène Esposito.

Le film remporta l'Ours d’argent du festival de Berlin et le prix "SelznickGolden Laurel" en 1951. Des coupes ont été effectuées par la censure sur les passages concernant la force publique, une police jugée trop violente et donc mal représentée à l’écran.

Près de 400 000 spectateurs français ont vu «Le chemin de l’espérance» qui sortit dans nos salles obscures en février 1952.

Fernand Cabrelli (novembre 2008)

Sources : documents personnels, plusieurs images glanées çà et là, dans divers ouvrages ou sur la toile, au cours de nombreuses années de vagabondage, et dont je n'ai pas toujours gardé trace de l'origine.

Ed.8.1.1 : 6-10-2016