Anthony MANN (1906 / 1967)…

«L'homme de l'ouest»» (1958)

FICHE TECHNIQUE :

U.S.A., 1958, 100 minutes, couleurs, cinémascope

RÉALISATION : Anthony MANN.

SCÉNARIO : Reginald ROSE, roman de Will C.Brown, "The Border Jumpers".

IMAGE : Ernest HALLER.

MUSIQUE : Leigh HARLINE.

MONTAGE : Richard V.HEERMANCE.

DIRECTION ARTISTIQUE : Hilyard BROWN.

DÉCORS : Ed BOYLE.

COSTUMES : Yvonne WOOD.

SON : Jack SOLOMON.

EFF-SPÉCIAUX : Jack ERICKSON.

SCRIPT : Sam FREEDLE.

MAQUILLAGE : Emile La VIGNE.

AST du RÉALISATEUR : Richard MODER.

DIR-PRODUCTION : Allen K.WOOD.

PRODUCTION : Walter MIRISCH, Film Ashton, United Artists.

INTERPRÈTES :

Gary COOPER ..

Julie LONDON ..

Lee J.COBB ..

Arthur O'CONNELL ..

Jack LORD ..

John DEHNER ..

Royal DANO ..

Robert WILKE ..

Jack WILLIAMS ..

Guy WILKERSON ..

Chuck ROBERSON ..

Frank FERGUSON ..

Emory PARNELL ..

Tina MENARD ..

Joe DOMINGUEZ ..

Dick ELLIOTT ..

Tom LONDON ..

Guy WILKERSON ..

Jack WILLIAMS ..

.. Link Jones

.. Billie Ellis

.. Dock Tobin

.. Sam Beasley

.. Coaley

.. Claude

.. Trout

.. Ponch

.. Alcutt

.. conducteur chariot

.. homme au fusil

.. shérif

.. Gribble

.. Juanita

.. Mexicain

.. Willie

.. Tom

.. conducteur du train

.. Alcutt

SUJET :

Link Jones voyage en train, à la recherche d’une institutrice. Un homme lui présente Billie Ellis, en fait une chanteuse de saloon. Mais, le train est attaqué et les trois protagonistes se retrouvent à pied sur la route. Link Jones les emmène alors dans une petite cabane qu’il connaît. Hélas, il va tomber sur une bande de hors-la-loi qu’il a bien connu dans un passé lointain. Le cauchemar commence…

ANALYSE :

Comme ce fut souvent le cas avec la critique française, et notamment celle des Cahiers du Cinéma, on a érigé en admirables auteurs certains cinéastes alors que d’autres étaient complètement oubliés ou bien cloués au pilori.

Dans la première catégorie figure en bonne place Anthony Mann. Et «L'homme de l’ouest», son 33eme film et son 10ème et avant-dernier western, vanté en termes dithyrambiques par Jean-Luc Godard, est considéré comme un chef-d’œuvre.

Lisons plutôt : "Chaque plan de «L'homme de l’ouest» donne l’impression que Mann réinvente le western… et d’ailleurs, il ne donne pas l’impression, il le fait".

Ou encore : "«L’homme de l’ouest» est un cours en même temps qu’un discours. C’est l’art et la théorie de l’art du western… C’est une admirable leçon de cinéma.".

N’en jetez plus la cour est pleine !

Une fois digéré tout cela, un peu de recul pris, il est juste d’admettre que «L'homme de l’ouest» est un très bon film. Mais, je ne pense pas qu’il soit meilleur que «L'appât», «L'homme de la plaine» ou même le plus méconnu «La charge des Tuniques bleues». Il est même parfois trop formaliste, ce formalisme qu’adore les intellos de la critique, pour qu’on puisse le considérer comme un chef-d’œuvre.

À vrai dire, il est parfaitement clair qu’Anthony Mann poursuit son cycle James Stewart – celui-ci fut d’ailleurs assez déçu de ne pas obtenir le rôle – sur la rédemption de l’homme. Mais sa copie est si parfaite, si bien maîtrisée qu’il manque un certain souffle au film. L’interprétation minimaliste de Gary Cooper dont l’âge et le physique collent parfaitement au rôle, n’arrange pas le jugement.

Jacques Lourcelles a raison quand il considère «L'homme de l’ouest» comme le testament de Mann "… un film d’auteur à cent pour cent". Mis à part les vingt premières minutes plutôt légères, le spectateur est pris au cœur. Il subit et suffoque avec le héros dans cette atmosphère étouffante et ce film qui fouille les consciences.

La tragédie du film n’est pas seulement dans les personnages et notamment dans celle de Link Jones et Dock Tobin, le chef de bande à moitié fou, mais dans les décors âpres et la ville fantôme de Lassoo où les morts vont se succéder comme dans l’apocalypse.

«L'homme de l’ouest» n’est-il pas d’ailleurs le film le plus pessimiste de Mann, car même l’amour entre Gary Cooper et Julie London est impossible ? À bien y regarder, on se demande même s'il n’est pas le plus parfait “film noir” d’Anthony Mann…

Patrick Glanz

DOCUMENT : affiche belge

Survolez sur les images/Fly over the pictures

U.S.A.
France
Italie
Espagne
Espagne
U.S.A. (special)
France
U.S.A. (3 sheets)
Gary Cooper
Julie London
Gary Cooper, L. J. Cobb
L. J. Cobb, Royal Dano
Gary Cooper, Jack Lord
Julie London
Éd. 9.1.3 : 20-4-2016