Dale EVANS (1912 / 2001)

… That Girl from Texas

Prenom_Nom

Westerns ou opérettes ?

Dans quel genre doit-on classer les films animés par Roy Rogers, que rejoindra Dale Evans en 1944 ?

Des opérettes westerns diront les plus généreux; des westerns d'opérette ricaneront les pisse-froid !

L'histoire et leurs fans ont jugé, qui n'ont pas hésité à baptiser le premier “King of the Cowboys” et la seconde “Queen of the West”.

Certes, ces bandes apparaissent aujourd'hui pour le moins désuettes, mais le couple royal est devenu un mythe au-delà des barrières du temps…

Christian Grenier

Young Dale Evans…

Dale EvansDale Evans

Frances Octavia Smith vient au monde le 31 octobre 1912, à Uvalde, une petite localité texane fondée à peine un demi-siècle avant sa naissance. Son père, Walter Smith, fermier de son état, tient également un commerce de matériel agricole. Sa mère, Betty Sue, s'occupe du foyer que viendra bientôt compléter le petit Hillman.

Dans la famille, on aime beaucoup la musique et le chant. Papa interprète des godspels tandis que maman fait souvent étalage de ses dispositions pianistiques. Les enfants, baignés dans cet univers rythmique, se mettent à l'unisson. Dès l'âge de trois ans, la toute petite Frances fait ses débuts vocaux au choeur de l'église locale, et le succès qu'elle y rencontre fera naître très tôt chez elle l'espérance de devenir chanteuse.

En attendant, il y a l'école où la fillette révèle des qualités précoces qui laissent présager un avenir brillant. Toutefois, son tempérament impulsif vient jeter une ombre sur ce tableau idyllique. Voici que, dans sa quatorzième année, sous le prétexte d'une activité théâtrale scolaire, elle obtient une liberté dominicale dont elle profite pour franchir la frontière vers le Tennesseeoù elle contracte mariage avec un garçon fraîchement rencontré au bal !

Thomas Fox et sa jeune épouse s'installent à Blytheville (Arkansas). Mais le mari se montre très instable, quittant le domicile conjugal à deux reprises au cours du premier semestre de vie commune ! La bougeotte n' a jamais empêché quiconque de faire des gosses et Frances se retrouve enceinte. Lorsque Thomas Jr vient au monde (1926), lasse de trop d'incertitude, la nouvelle maman décide de rejoindre Memphis où ses parents l'attendent, espérant une réaction de son conjoint. Mais au lieu de suivre sa petite famille, l'époux surestimé - et de nouveau en goguette - se fend d'une courte missive dans laquelle, s'avouant trop jeune pour assumer ses responsabilités familiales, il fait part de son intention d'entamer une procédure de divorce.

Mr. et Mrs. Smith recueillent la maman et son charmant bambin, qu'ils se proposent d'adopter officiellement. Mais Frances tient à assumer ses responsabilités vis-à-vis de cet enfant sur qui elle reporte tout son amour. N'ayant pas abandonné son rêve d'enfance, elle patiente en acceptant un emploi de secrétaire dans une compagnie d'assurance, l'attention détournée en permanence par les notes et les mots qui sourdent de son esprit fertile.

A Hard Way…

Dale EvansDale Evans

Selon certaines sources (rf. «The Cowboy in Country Music» de Don Cusic, e.a.), Dale Evans aurait alors épousé, en novembre 1930, un certain August Wayne Johns, ce qu'elle et ses descendants semblent avoir “oublié” dans toutes les biographies officielles. Si mariage il y eut, séparation s'en suivit (1932) et divorce conclut l'affaire (mai 1936).

Après avoir travaillé à la radio, Frances quitte Memphis pour Chicago, dans l'espoir de meilleures perspectives professionnelles. Mais, en 1931, la crise économique s'abat sur une Amérique trop sûre d'elle. Chanteuse postulante courant les engagements, la jeune femme survit d'un petit emploi de secrétaire chez Goodyear, insuffisant pour entretenir une mère et son gosse. Préservant celui-ci de la faim, elle se prive à tel point qu'elle tombe malade, souffrant d'une malnutrition qui pourrait bien la conduire à l'irréversible. Il lui faut, encore une fois, appeller Pa et Ma au secours.

Un séjour à l'hôpital et trois mois de convalescence dans la ferme familiale d'Italy (Texas), où elle retrouve le bonheur de voir enfin son fils goûter à la simplicité des plaisirs infantiles, et Frances peut songer à repartir à l'assaut de la réussite, sinon de la gloire. Lors d'une audition pour la station radiophonique de Louisville (Kentucky), elle se produit sous le nom de Marion Lee, mais le directeur trouve plus seyant de la baptiser Dale Evans. Engagée, elle perçoit enfin des cachets convenables et fait bientôt la rencontre d'un pianiste et arrangeur, Robert Bults, dont la compagnie lui paraît agréable. Mais Tommy Jr tombe à son tour malade et la maman décide de retourner au pays parental où il semblait que l'enfant se plût tant.

A Dallas, où elle participe à un programme radiophonique au sein d'une “music band”, Frances acquiert une popularité qui, si elle ne guère dépasse la portée de l'émetteur du comté, lui vaut néanmoins d'obtenir la une du Rural Radio Magazine (1938) : c'est peu, me direz-vous, mais ça commence à ressembler à quelque chose. D'autant plus que Robert Bults ne tarde pas à la rejoindre.

Se partageant entre les deux hommes de sa nouvelle existence , Tommy le dimanche et Robert en semaine, Frances commence à reprendre espoir. En décembre 1939, leur union célébrée, les deux artistes s'installent à Chicago, le petit garçon continuant de demeurer auprès de ses grands parents afin de profiter au mieux des avantages d'une vie pastorale.

The Road to Glory…

Dale EvansDale Evans

A Chicago, Dale Evans rejoint le Jay Mills Orchestra au Edgewater Beach Hotel (1939). Se rendant compte qu'elle n'y sert que de "complément de programme", elle accepte la proposition d'Anson Weeks, pianiste et chef d'orchestre connu pour avoir travaillé avec les frères Bob et Bing Crosby, de rejoindre son groupe en tant que vocaliste. Ainsi, d'un “band” à l'autre, se partageant entre hôtels et halls de dance, notre jolie Texane commence à se faire un nom dans le monde musical du Middle West.

Le "Chez Paree Theater" de Chicago l'accueille pour trois semaines. Elle y obtient un franc succès avec une chanson de sa création, «Will You Marry Me, Mister Laramie ?», qu'elle présente avec Ray Bolger, l'épouvantail du «Magicien d'Oz» (1939), celui-ci feignant d'être le Laramie en question. Leur collaboration se poursuit au-delà de ce court engagement et le duo se produit dans les nihgt-clubs les plus huppés de la région.

Cette fraîche notoriété lui vaut d'être remarquée par le directeur d'une chaîne radio de Chicago et la voici à la tête d'une émission régulière, «That Girl from Texas», pour laquelle elle cumule les fonctions d'animatrice, de chanteuse et de compositrice. Sollicitée pour des activités artistiques autant que commerciales, elle croise à cette époque – parmi d'autres groupes – un western country band, "The Son of the Pioneers", au sein duquel oeuvre alors un jeune chanteur-guitariste, Roy Rogers.

En 1942, Joe Rivkin, agent d'acteurs de la côte ouest, contacte la chanteuse, désormais trentenaire, dont la voix l'a charmé. Dale, qui vise davantage Broadway qu'Hollywood, se fait prier avant de condescendre à rejoindre son solliciteur dans la célèbre cité du cinéma. Après avoir été remodelée et redécorée par les esthéticiennes du studio, elle tourne un bout d'essai en compagnie de l'acteur MacDonald Carey. Mais lorsqu'on veut faire d'elle une jeune femme d'une vingtaine d'années – excluant ainsi Tommy de sa vie publique – elle reprend l'avion pour à Chicago. Trois jours après, Rivkin la rappelle avec une proposition des recruteurs de la 20th Century Fox ayant eu l'opportunité de visionner son test : c'est ainsi que Dale Evans effectue ses deux premières – et courtes – apparitions à l'écran dans «Orchestra Wives» et «Girl Trouble», deux films distribués en 1942.

«The Cowboy and the Señorita»

Dale EvansDale Evans

Le 7 décembre 1941, les Japonais attaquent la base américaine de Pearl Harbor. Quelques mois plus tard, si l'heure n'est plus favorables aux comédies musicales, le divertissement des soldats devient un devoir pour les artistes du beau sexe. Chaque fois qu'il le peut, Robert accompagne Dale sur ses tours de chant, mais leur carrières respectives les séparent trop souvent pour que leur couple ne batte pas de l'aile.

Après un court passsage au NBC Network, où elle doit repousser les avances répétées d'un responsable de la chaîne radiophonique trop empréssé, la chanteuse se retrouve sans travail. Son agent du moment, Art Rush, se déclarant trop occupé par sa nouvelle étoile, un westerner chantant en rupture des "Sons of the Pioneers", elle confie ses intérêt à Danny Winkler, garçon réputé pour son intégrité et animé par de profondes croyances religieuses. Quinze jours plus tard, ce dernier lui obtient un contrat d'un an avec la Republic Pictures.

Peu après, Dale est convoquée par Herbert Yates, le propriétaire de la compagnie. L'homme est encore sous le coup du spectacle qu'il vient de voir à Broadway, la comédie musicale «Oklahoma», dont il lui parle abondamment. Dale comprend qu'il envisage d'en faire l'adaptation cinématographique dans laquelle elle aurait tout à fait sa place : "Après ça, nul doute, à moi Broadway !". Mais les choses se passent tout autrement :

En outre, elle ne peut s'empêcher de penser que la perspective de constituer un duo avec l'homme qui l'a séparé de son ancien agent ne place pas leur éventuelle collaboration sous les meilleurs auspices. Mais elle a posé sa signature au bas d'un document et se retrouve dos au mur. "Bah ! Si je réalise une bonne performance, je pourrais obtenir des rôles davantage en conformité avec mes capacités et l'on me distribuera dans de meilleurs films. Va pour «Cowboy and the Señorita» ! On va voir ce qu'on va voir.».

Mais la suite est une autre histoire

Documents…

Sources : «The Cowboy and the Señorita», biographie de Howard Kazanjian et Chris Enss (2005), Imdb, documents personnels, plusieurs images glanées çà et là, dans divers ouvrages ou sur la toile, au cours de nombreuses années de vagabondage, et dont je n'ai pas toujours gardé trace de l'origine.

Ce n'est qu'un au-revoir…

Citation :

"Quand j'étais une petite fille, je rêvais qu'étant adulte j'épouserai Tom Mix et que j'aurai six enfants !"

Dale Evans
Christian Grenier (septembre 2015)
Ed.7.2.1 : 21-9-2015